« Ma cruauté » de François Bégaudeau, ou l’art englouti.

Ma cruauté débute ainsi : « Pour éclairer le cadavre que je te livre ce soir, Juliette, je dois reparler du rire. ». Cet incipit irruptif est annonciateur du procédé choisi par l’auteur, et moi j’ai pensé au Jean-Baptiste Clamence de La Chute d’Albert Camus. Notons dans l’incipit de Ma cruauté, le clin d’œil à l’ouverture d’un autre … Lire la suite « Ma cruauté » de François Bégaudeau, ou l’art englouti.

« Courir encore », de l’autre côté du pont avec Olivier Vojetta

"Courir encore", ce titre revêt désormais une allure joliment ironique si l'on sait que le roman est publié en mars 2020, nous étions au coeur du premier confinement, et que devant les librairies, on trouvait porte close. Le roman a su résister au caractère éphémère des rentrées littéraires et a préféré le marathon au sprint. … Lire la suite « Courir encore », de l’autre côté du pont avec Olivier Vojetta

« Les ouvertures », un voyage narratif tourbillonnant

« Lorsque j’écrivais, je m’aventurais à mon grand étonnement dans le monde au-delà du miroir de la réalité – ou plutôt de sa caricature « réaliste » […] » 1, voici ce que l’on peut lire dans Le matricule des Anges qui consacre un dossier à Antonio Moresco. Il s’agit du roman de la rentrée … Lire la suite « Les ouvertures », un voyage narratif tourbillonnant

Sept raisons pour lesquelles je lirai le Goncourt 2021

Le prix Goncourt... Voilà bien dix ans que je n'ai pas lu un seul roman distingué par le plus prestigieux des prix littéraires. Progressivement, je me suis d'ailleurs fortement désintéressée des prix littéraires, jusqu'à presque éviter la lecture de romans primés. À chaque rentrée littéraire, je jette un oeil à la première sélection du Goncourt, … Lire la suite Sept raisons pour lesquelles je lirai le Goncourt 2021