Préparation physique et mentale de rentrée littéraire !

Après un été nourri de lectures cursives choisies sans contrainte, au gré de mes humeurs, et plutôt du côté des auteurs américains, diantre que le temps passe vite quand on est une femme qui lit, nous voilà déjà aux portes de cette spécificité française que j’affectionne tant, la rentrée littéraire ! Certains des 524 romans de cette rentrée sont même déjà en librairie !

Vous gérez comment vous ? Vous gérez pas du tout et, stoïque, continuez à lire Balzac, Zola et Stendhal ? Vous attendez les prix littéraires et vous verrez bien à ce moment-là si l’un des  romans primés vous tente ou pas ? Ou alors, comme moi, vous enclenchez le compte à rebours, lisez toutes les critiques qui vous passent sous la main, dégottez la liste des titres de la rentrée et passez au Stabilo les romans de vos écrivains préférés en vous disant « Va falloir faire des choix »… Et puis vous tombez sur les sorties des romans de vos maisons d’éditions préférées, Minuit et Verticales, et vous sautez de joie !

Oui, parce que pour ceux qui ne connaissent pas encore mes goûts littéraires, vous saurez que depuis quelques années, je m’intéresse et lis de manière inconditionnelle tous les romans publiés aux Éditions de Minuit. Depuis l’an dernier, les éditions Verticales font aussi partie de cette sélection de maisons d’éditions dont la ligne éditoriale m’inspire et dont j’achète les romans les yeux fermés, indépendamment de ma connaissance de l’auteur.

C’est gentil tout ça, mais une rentrée littéraire, c’est comme une rentrée scolaire, ça se prépare ! Tout d’abord, il faut s’atteler à faire de la place dans la bibliothèque pour les nouveaux entrants. Alors se joue ce jeu de chaises musicales qui consiste à garder les romans classiques, virer les romans légers de l’été et savoir ce qu’on fait des romans des rentrées littéraires passées. Pour ne pas rendre l’exercice de licenciement trop douloureux, j’ai opté pour le dépôt de livres dans les boites à livres, en imaginant qu’ils profiteront ainsi à d’autres lecteurs.

Côté condition physique, ne pas négliger le facteur stress, car son niveau ne doit pas être trop haut. Si la lecture est un excellent et notoire anti-stress, une agitation trop importante nuit parfois à l’immersion totale dans l’univers du roman. Quelques séances de yoga au domicile avec une appli, infusion Kusmi tea le soir, de quoi nous sentir en harmonie littéraire. Cela va sans dire, mais je l’écris quand même, on aura également bien vérifié que nos lunettes sont toujours à notre vue, une rentrée littéraire floue, ça serait quand même dommage !

Pour ma part, je bénéficie d’un atout littéraire non négligeable pour me mettre en conditions : la date de mon anniversaire tombe début septembre ! Un peu tôt dans la saison pour se faire offrir un nouveau manteau, un peu tard pour un nouveau maillot de bain, aussi inutile de préciser que ma sélection de romans de la rentrée est archi-prête et que mes proches ont déjà noté avec minutie mes choix. J’évite l’approche subliminale qui consisterait à leur laisser deviner ce que j’aurais acheté. Inutile et hasardeux.

Certaines années, la rentrée d’automne me semble décevante, consensuelle. Je privilégie donc souvent la rentrée de janvier, plus audacieuse, libérée des enjeux des prix littéraires. Cependant, de ce que j’ai pu découvrir à ce jour de la rentrée littéraire d’automne 2019, elle me semble prometteuse et se présente selon moi comme un excellent millésime !

Alors jeunes gens ? Stendhal, Zola, Balzac, ou vous faites la rentrée ?

 

Une réflexion sur “Préparation physique et mentale de rentrée littéraire !

Les commentaires sont fermés.