Féminin/Masculin

Chers lecteurs,

Que diriez-vous d’un petit aparté (masculin) pour plonger dans les abysses (masculin) des genres de la langue française qui ne sont que deux, ce qui nous semble de bon augure (masculin) comparativement à l’allemand qui en tient trois.

Oh non, Louise Adèle, ton histoire va nous donner de l’urticaire (féminin), voire un ulcère (masculin) ou des poussées d’acné (féminin).
Avant qu’une météorite (féminin) ne nous tombe sur la tête, nous aimerions encore sourire des tes interviews (féminin), continuer de lire ta chronique, tel un antidote (masculin) au morose du quotidien et aux embouteillages des autoroutes (féminin) bourrées d’ozone (masculin). Nous, ce qu’on veut, c’est des icônes(féminin) de mode, de la nacre (féminin) saupoudrée sur nos robes, une oasis (féminin) aux effluves (féminin au pluriel) de Chanel No 5, une fuite des tentacules (masculin) du CAC40.
On veut l’emblême (masculin) de l’inutilité économique, ta chronique !

Entracte !!! (masculin)

On se retrouve tous les lundis sur http://www.louise-adele.com !

Twitter : @Louise_Adele_
Sur twitter, tous les matins du lundi au vendredi, devant la glace, je m’interroge…

Instagram : louise_adele_
Sur Instagram, tous les soirs du lundi au vendredi, un Bookstagram.