BettieBook, espace de félicité 2.0.

Je vous parle aujourd’hui d’une lecture déconcertante : « BettieBook » de Frédéric Ciriez. C’est intentionnellement que j’ai laissé reposer le livre un moment avant de tenter d’en extraire un avis intelligible. Car ce roman, je le classe dans la catégorie des curiosités suscitant chez moi une alternance de « c’est quoi cet objet littéraire complètement barré ? » et de fascination déstabilisante. Depuis sa sortie en janvier, il me tentait. La chronique de @bernadettepivote (Instagram) du 23 janvier avait d’autant plus aiguisé ma curiosité.

On est en 2021, l’auteur propose de confronter le monde de la critique littéraire classique avec celui d’une booktubeuse 2.0 à forte audience. Le ton est très satirique, les deux univers sont tous deux la cible de la plume de Frédéric Ciriez, parfois de manière archétypale, mais plutôt pertinente (précisons que l’auteur est lui-même chroniqueur littéraire). La question étant lequel des deux mondes prendra le dessus ? (Considérant les 25 pages d’ébats sexuels aux allures de porn revenge entre le critique et la booktubeuse, on pourra aborder la question au sens propre comme au sens figuré…).

La forme : J’apprécie la recherche formelle qui m’intéresse et décide souvent de mon jugement plus que l’intrigue. Dans BettieBook, les exercices de style façon Georges Perec s’enchaînent. L’écriture est formaliste et la proposition littéraire de Frédéric Ciriez intéressante, c’est indéniable. Et c’est donc un grand oui pour moi sur ce point.

Les 25 pages de séquence érotique loufoque : Après avoir lu tout Houellebecq et plusieurs Despentes, je pensais être armée, @bernadettepivote nous avait pourtant prévenus sur ce passage. De toute évidence, il me reste encore quelques vestiges de candeur. C’était barjo, 5 pages m’auraient largement suffi et j’aurais préféré un traitement, disons plus cérébral du débat « chronique à l’ancienne versus youtube et compagnie 2.0. » 😉😉

Citation : « La littérature, luxe asocial, s’est diluée dans un rituel corporel. Je voudrais être méchant. Fuir cet espace de félicité. »

Conclusion : Ai-je tout compris de ce roman ? Pas certain. Mais BettieBook aura eu le mérite de me déstabiliser littérairement parlant, cela est suffisamment rare pour être souligné ! Une lecture des romans antérieurs de l’auteur me familiarisera sans doute un peu plus avec son style. Cher Frédéric Ciriez, plus j’avance dans la rédaction de cet avis, plus vous gagnez des points !

On se retrouve tous les lundis sur http://www.louise-adele.com !

Twitter : @Louise_Adele_
Sur twitter, tous les matins du lundi au vendredi, devant la glace, je m’interroge…

Instagram : louise_adele_
Sur Instagram, tous les soirs du lundi au vendredi, un Bookstagram.