Get back Michel my bel !

La rentrée littéraire de septembre approche, ma liste de souhaits se pixelise, les blogueuses ayant le privilège de recevoir les romans de la rentrée pour un service de presse nous ont déjà mis l'eau à la bouche. Et pourtant. Pourtant, mon radar littéraire a parcouru toutes les listes, espérant y trouver le nom de Michel … Lire la suite Get back Michel my bel !

Conversation-fiction avec un Rocker

Salut Rocker ! Sympa ton nouveau riff de guitare. Salut Louise Adèle ! Merci, c'est un riff du béton. Louise Adèle, c'est vraiment ton prénom ? Oui, on voulut m'appeler Janis, rapport à Joplin, mais je refusai. Ça ne rimait pas avec fille modèle. Et toi, Rocker, c'est ton vrai nom ? Oui et Non. En vrai je m'appelle … Lire la suite Conversation-fiction avec un Rocker

Ne mange pas le coeur… « Mort d’un cheval dans les bras de sa mère » de Jane Sautière

"N'importe quel enfant s'émerveille de croiser un animal. Dans la forte charge de la découverte du monde, la place que l'animal occupe est la plus vaste." Croire que les fleurs sont habitées par des fées, conserver cette croyance à l'âge adulte, être cheval galopant, sentir l'herbe humide, libre, un chien comme un frère, des arbres amis, … Lire la suite Ne mange pas le coeur… « Mort d’un cheval dans les bras de sa mère » de Jane Sautière

Conversation-fiction avec Salvador Dalí

Bonsoir Salvador Dalí ! Merci de me recevoir dans votre mégalomanie. Salut à vous Louise Adèle. Louise Adèle, ... est-ce là votre vrai prénom ? Oui, on voulut m'appeler Gala mais je refusai. Cela me parut trop connoté magazine élitiste de renom. Et Salvador Dalí ? Est-ce votre vrai nom ? Chère Adèle, "Chaque matin au réveil, j'expérimente … Lire la suite Conversation-fiction avec Salvador Dalí

Les Mots swinguent dans un sous-sol parisien !

Une semaine à Paris, un atelier d'écriture organisé par LES MOTS, le thème : Initier un projet de roman : partir sur de bonnes bases ! animé par Frédéric Ciriez. J'y étais, je vous raconte ? Jour 1 : TGV Marseille - Paris, la climatisation en panne dans ma voiture, Jean-Paul Gaultier assis une rangée … Lire la suite Les Mots swinguent dans un sous-sol parisien !

« Je suis capable de tout », un Scary Book à la fragrance « Flower ».

Comme chaque début d'été, je me retire des sollicitations de la vie matérielle et embarque pour l'île des Embiez, avec dans mes bagages quelques t-shirts, autant de shorts en jean et ma pile de romans. Pour les tenues vestimentaires, c'est assez clair et contextuel. Concernant la pile de romans à emporter, le choix est plus … Lire la suite « Je suis capable de tout », un Scary Book à la fragrance « Flower ».

« Stayin’ Alive », le slow est mort, mais pas le disco.

J'adresse mes remerciements aux Éditions Erick Bonnier pour cette lecture. Robin, le narrateur, est né un 13 décembre 1977, jour de la sortie du tube mondial Stayin' Alive. Il écrit n'avoir jamais été un enfant "J'ai eu de la gravité à l'âge de l'insouciance et je suis devenu léger lorsque les autres sont devenus sérieux." … Lire la suite « Stayin’ Alive », le slow est mort, mais pas le disco.

En vacances !

Lecture à volonté, plage, palmes masque et tuba, course à pied, nourriture équilibrée, no soutif, Chardonnay, grasse matinée, sauf extrême urgence littéraire, on se retrouve lundi prochain, pour de nouvelles chroniques de Louise Adèle ! 🙋🏽‍♀️🙋🏻‍♀️🙋‍♀️

Avoir vingt ans, avoir quarante ans. « La fille à la voiture rouge »

Observer, analyser et écrire l'amour, entreprise difficile et périlleuse. S'y sont penchés, écrivains de tous courants littéraires, écrivants du dimanche, adolescents écorchés vifs, amoureux déchus, adeptes du journal intime, etc. La liste, tout comme l'exploration de cet éternel thème, est sans fin. Pour autant, peu réussissent avec autant d'acuité que Philippe Vilain, à capturer et … Lire la suite Avoir vingt ans, avoir quarante ans. « La fille à la voiture rouge »

Louise Adèle rate le Bac philo !

Aujourd'hui c'était le bac Philo. Comme chaque année, ce matin j'attendais avec impatience la publication des sujets, pour m'imaginer ensuite laquelle des insolubles questions j'aurais choisie, si je m'étais trouvée à la place des élèves qui passent le baccalauréat. Une sorte de plaisir régressif et de nostalgie d'une époque plus insouciante, durant laquelle il n'y … Lire la suite Louise Adèle rate le Bac philo !