Ma petite rentrée

J'hésite toujours à suivre le mouvement, à me laisser malgré tout influencer par le vent qui souffle autour de la rentrée littéraire et qui prédestine déjà au podium des ventes et des prix littéraires, une brochette de maximum trente romans de la rentrée, sur les 567 qui sont par exemple publiés pour cette rentrée d'automne. … Lire la suite Ma petite rentrée

Get back Michel my bel !

La rentrée littéraire de septembre approche, ma liste de souhaits se pixelise, les blogueuses ayant le privilège de recevoir les romans de la rentrée pour un service de presse nous ont déjà mis l'eau à la bouche. Et pourtant. Pourtant, mon radar littéraire a parcouru toutes les listes, espérant y trouver le nom de Michel … Lire la suite Get back Michel my bel !

Ne mange pas le coeur… « Mort d’un cheval dans les bras de sa mère » de Jane Sautière

"N'importe quel enfant s'émerveille de croiser un animal. Dans la forte charge de la découverte du monde, la place que l'animal occupe est la plus vaste." Croire que les fleurs sont habitées par des fées, conserver cette croyance à l'âge adulte, être cheval galopant, sentir l'herbe humide, libre, un chien comme un frère, des arbres amis, … Lire la suite Ne mange pas le coeur… « Mort d’un cheval dans les bras de sa mère » de Jane Sautière

« Je suis capable de tout », un Scary Book à la fragrance « Flower ».

Comme chaque début d'été, je me retire des sollicitations de la vie matérielle et embarque pour l'île des Embiez, avec dans mes bagages quelques t-shirts, autant de shorts en jean et ma pile de romans. Pour les tenues vestimentaires, c'est assez clair et contextuel. Concernant la pile de romans à emporter, le choix est plus … Lire la suite « Je suis capable de tout », un Scary Book à la fragrance « Flower ».

« Stayin’ Alive », le slow est mort, mais pas le disco.

J'adresse mes remerciements aux Éditions Erick Bonnier pour cette lecture. Robin, le narrateur, est né un 13 décembre 1977, jour de la sortie du tube mondial Stayin' Alive. Il écrit n'avoir jamais été un enfant "J'ai eu de la gravité à l'âge de l'insouciance et je suis devenu léger lorsque les autres sont devenus sérieux." … Lire la suite « Stayin’ Alive », le slow est mort, mais pas le disco.

Avoir vingt ans, avoir quarante ans. « La fille à la voiture rouge »

Observer, analyser et écrire l'amour, entreprise difficile et périlleuse. S'y sont penchés, écrivains de tous courants littéraires, écrivants du dimanche, adolescents écorchés vifs, amoureux déchus, adeptes du journal intime, etc. La liste, tout comme l'exploration de cet éternel thème, est sans fin. Pour autant, peu réussissent avec autant d'acuité que Philippe Vilain, à capturer et … Lire la suite Avoir vingt ans, avoir quarante ans. « La fille à la voiture rouge »

Des Barilla ou rien !

Alors les mamans ? Cette fête des mères, c'était comment ? Ne me dites pas que vous avez (encore) eu droit à un magnifique et somptueux collier de pâtes de votre progéniture, un genre d'imitation d'art primitif (le musée du quai Branly vous a d'ailleurs déjà contactée pour une exposition temporaire intitulée "Art primitif ou … Lire la suite Des Barilla ou rien !

Clara Stern, coup de foudre à Oberkampf

Clara Stern. C’est avec un grand plaisir de lectrice avide de forme que je retrouve Eric Laurrent et son second degré maniériste, dans ce roman de 2005. Une lecture qui me fut vivement conseillée par le libraire du stand Minuit, lors de mes déambulations à Livre Paris, en mars dernier. J’avais découvert l’auteur avec Un … Lire la suite Clara Stern, coup de foudre à Oberkampf

Mélo, une veille de 1er mai

Je poursuis mon exploration du catalogue des éditions Verticales. Après BettieBook, lecture déstabilisante - mais lecture coup de cœur - m'ayant permis de découvrir la plume audacieuse et satirique de Frédéric Ciriez, je termine Mélo du même auteur. Si la lecture de BettieBook m'avait fort déconcertée, l'univers et les personnages que le roman décrivait m'étaient … Lire la suite Mélo, une veille de 1er mai

PAL blanche…

On évoque souvent l'angoisse de la page blanche. Ce blocage face au vide de l'écran ou du cahier, dont la responsabilité de le combler par des mots, une histoire inventée par nous, sortie de notre imagination, issue de notre inspiration, nous incombe car un jour, allez savoir pourquoi, on a décrété qu'on "voulait écrire". J'ai … Lire la suite PAL blanche…