Ma petite rentrée

J’hésite toujours à suivre le mouvement, à me laisser malgré tout influencer par le vent qui souffle autour de la rentrée littéraire et qui prédestine déjà au podium des ventes et des prix littéraires, une brochette de maximum trente romans de la rentrée, sur les 567 qui sont par exemple publiés pour cette rentrée d’automne.

La plupart du temps, mes choix se portent sur des oeuvres hors sentiers battus et plus confidentielles que les têtes d’affiche goncourables. La plupart du temps, j’ai aussi le tort de procéder à des achats monomaniaques consistant à choisir les oeuvres d’une maison d’édition plutôt que celles d’un auteur.

Monomaniaque comme Éditions de Minuit. Je reste une inconditionnelle fan des auteurs de cette maison d’édition dont j’achète les oeuvres les yeux fermés. Nouvellement monomaniaque comme Éditions Verticales. Ma nouvelle coqueluche littéraire dont je découvre progressivement la ligne éditoriale et les auteurs de qualité. Monomaniaque pondérée (oxymore) comme P.O.L. Une maison d’édition dont j’admire les choix éditoriaux, mais dont quelques oeuvres me paraissent parfois difficile d’accès.

Cette saison, je suis déjà un peu lassée des chroniques parues et je ne sais comment l’expliquer, mais je préfère souvent la rentrée littéraire de janvier, plus audacieuse, plus désinvolte, moins formatée.

Alors si la critique littéraire ne met en avant qu’une trentaine de romans, soit seulement 5 % des parutions, et pas nécessairement par ordre qualitatif, je ne déplace pas vraiment mon curseur non plus et m’en suis tenue à mes valeurs sûres, des maisons d’édition à la ligne éditoriale marquée et détachée des enjeux strictement commerciaux. Il se trouve que Verticales publie en cette rentrée deux auteurs assez médiatisés, soit Maylis de Kerangal, c’est l’occasion de la découvrir puisque je n’ai jamais rien lu de cette auteure et François Bégaudeau, écrivain dont j’apprécie la plume insolente. Chez P.O.L, je suis tentée par « Arcadie ». Bien évidemment, à la première occasion, je fonce acquérir « ça raconte Sarah » de Pauline Delabroy-Allard, roman de la  rentrée littéraire chez Minuit.

Ma petite rentrée :
« En guerre » François Bégaudeau, éditions Verticales
« Un monde à portée de main » Maylis de Kerangal, éditions Verticales
« Arcadie » Emmanuelle Bayamack-Tam, éditions P.O.L